ACTUALITE

Samedi 21 septembre 2019, le Chemin de Croix peint par Bruno Desroche a été installé et inauguré en l’église Saint-Nizier.

Il est rare de pouvoir assister au rite d’installation d’un Chemin de Croix dans une église. C’est la chance qui a été offerte aux paroissiens de Saint-Nizier, ce samedi matin 21 septembre, pour l’inauguration du Chemin de Croix peint par Bruno Desroche. La bénédiction d’un nouveau Chemin de Croix par l’eau et l’encens fut également une première pour le père Hugues Jeanson, curé de l’église, qui leur a permis de vivre ce moment rare dans le recueillement mais aussi, il faut l’avoir vu, dans une grande joie. Joie de voir le projet de trois années aboutir sur les murs de l’église ; plus précisément sur les colonnes latérales où les quinze panneaux de bois du Chemin de Croix ont été accrochés. Outre les représentants des institutions publiques, notamment Monsieur Jean-Dominique Durand, adjoint à la culture et au patrimoine du Grand Lyon, d’autres invités étaient conviés : l’Association des Amis de St Nizier, représentée par son président Mr Philippe Jaeger, des amis, des paroissiens de La Trinité (l’actuelle paroisse du peintre où il lui a été aussi proposé d’installer son atelier) mais également des passants qui entraient découvrir ce lieu à l’occasion de la Journée du Patrimoine. L’inauguration liturgique a été suivie d’une visite guidée par le peintre : chacun a pu découvrir la forme, la méthode, les conditions de la création et le sens profond que le peintre a voulu transmettre dans chaque station. Une partie des anciens élèves du peintre, modèles de ces scènes représentées, assistaient à cette présentation remplie d’émotion.

Emouvantes, les larmes de la grand-mère très croyante qui a reconnu dans les traits de la Vierge (prenant le visage de son Fils dans ses mains) ceux de sa petite-fille, qui depuis cette expérience, se pose un peu plus la question du baptême.

Emouvantes les réactions des visiteurs, certains « chamboulés » jusqu’aux larmes devant ce choc d’une passion du Christ se déroulant aujourd’hui.

Par leurs remarques et analyses personnelles et pertinentes, ils sont venus éclairer différemment la vision de l’artiste sur ses propres tableaux !

Ces 15 panneaux de bois dont l’intégration discrète dans cette superbe église a été notée par de nombreux visiteurs, ont quitté définitivement l’atelier. Ils doivent à présent « faire leur vie », et réaliser ce pourquoi ils ont été peints : toucher ceux qui les regarderont, les porter à la réflexion et à la méditation…

M